A propos Marie-Céline Isaïa

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge (Université Jean Moulin Lyon3), Marie-Céline Isaïa est membre titulaire du CIHAM (UMR 5648). Ancienne élève de l’École Normale de la rue d'Ulm, elle consacre ses recherches à l'histoire intellectuelle et politique du haut Moyen Âge (écriture de l'histoire, hagiographie, pouvoir et représentation des évêques, histoire des textes de l'Antiquité).

Pensée politique et sermons: Alexis Charansonnet

Alexis Charansonnet met en perspective dans cet article inédit l’importance du Pseudo-Cyprien dans la pensée politique anglaise au tournant des XIIIe-XIVe siècle, d’après un article de Frédérique Lachaud paru dans le Journal des Savants en 2015 (ici!). Avec un Sermon d’Eudes de Châteauroux (1270) aux frères de Montfort édité, traduit et commenté en prime…

 

Pseudo-Cyprien

Le jeudi 9 juin 2016, à la Maison de la recherche de Paris3, rencontre autour du traité du Pseudo-Cyprien, De duodecim abusivis saeculi, avec Clémentine Bernard-Valette, Luce Carteron, Alexis Charansonnet, Caroline Chevalier-Royet, Marie-Céline Isaïa, Morgane Leclerc, Michel Perrin, Christiane Veyrard-Cosme.

Le bilan bibliographique et le diagnostic sur l’édition de référence mettent en évidence la nécessité d’une nouvelle édition et d’une étude collective sur la diffusion du traité jusqu’au XVe s.

Pierre de Blois critique du roi Henri II: un dialogue

Maïté Billoré livre ici la traduction française d’un étonnant dialogue entre Pierre de Blois et le roi Henri II, d’après le texte latin édité par R. B. C. Huygens en 1958.

 

Commentaires, corrections et suggestions sont les bienvenus.

L’utilisation de la traduction est possible, en attribuant correctement la source:

Maïté Billoré,  » Pierre de Blois, Dialogue entre le roi Henri II et l’abbé de Bonneval« , Liberté d’expression. Carnet de recherche, https://freespeech.hypotheses.org/204

 

 

Bibliographie: comprendre l’écriture de Landolf Sagax par Thomas Granier

Dans notre bibliothèque, vous disposiez déjà de la version de travail d’un article de Thomas Granier sur l’oeuvre énigmatique de Landolf Sagax.

L’article est désormais à votre disposition dans sa version de parution

Thomas Granier, « Interprétation de l’histoire et mise en garde du prince : les annotations à l’Histoire romaine de Landolf Sagax du manuscrit Vat. Pal. Lat. 909 », dans La Pathologie du pouvoir. Vices, crimes et délits des gouvernants. Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, dir. Patrick Gilli, Leiden-Boston (Brill) 2016 (Studies in Medieval and Reformation Traditions 198), p. 131-145.

Bibliographie: des idées sur le pouvoir byzantin par Rosa Benoît Meggenis

Dans l’onglet Bibliothèque, des chercheurs partagent leurs travaux récents sur les sujets qui nous intéressent:

  • Quels aspects du gouvernement attirent la critique?
  • Quelles sont les élites religieuses qui prennent la parole?
  • Avec quelles conséquences?
  • Par quels moyens?, etc.

Les articles sont en pdf et attendent vos commentaires!

Cette semaine, c’est Rosa Benoît-Meggenis qui met à notre disposition deux articles sur

  • l’apparition de la figure de l’empereur-moine dans les sources des Xe-XIIe siècle. Elle pose la question d’un possible transfert de l’autorité charismatique des moines vers les empereurs byzantins (voir l’article « Royauté », cliquez ici).
  • l’influence des moines à la cour des souverains byzantins. Les moines y occupent des positions de conseillers-philosophes proches du pouvoir (voir l’article « Spiritualité », cliquez ici).

 

Liberté d’expression – un projet

Au nom de leur compétence intellectuelle, des sages et des savants ont exercé depuis l’Antiquité un devoir de critique des gouvernements, exerçant leur parrhèsia, la liberté de dire le vrai. Or au Moyen Âge, cette liberté de parole est revendiquée par des autorités religieuses, aussi bien en Islam qu’en Orient et Occident chrétiens. Ce carnet fédère les recherches de spécialistes internationaux des langues et littératures médiévales, philosophes et historiens, qui travaillent sur la critique politique et les manifestations de cette liberté de parole, dans une perspective structurellement comparatiste. L’articulation entre compétences en matière de religion, devoir de critique politique et liberté de parole ouvre une série de questions :

  • les élites religieuses sont impliquées du VIIIe au XIIIe siècle dans l’exercice concret du pouvoir. Leur critique ne s’impose pas de l’extérieur, mais de l’intérieur du système. La posture antique du sage qui peut « dire le vrai » parce qu’il est un marginal, depuis sa marginalité même, n’est donc pas majoritaire. Dans quelle mesure la critique est-elle donc tolérée par le pouvoir comme un signe de sa magnanimité, et, en dernière analyse, de sa force de résistance à tout effort de réforme ? La critique, si elle est libre d’être exprimée, reste-t-elle efficace ?
  • les élites religieuses ne se contentent pas de critiquer, souvent au nom de la morale : elles proposent des modalités alternatives politiques concrètes, un gouvernement plus soucieux du bien commun ou plus collégial, moins théocratique ou moins arbitraire. Quelle serait la forme d’un gouvernement médiéval dessinés par les clercs ou les savants ? L’un des paradoxes est que ce gouvernement semble parfois plus laïc que celui que construisent les élites politiques : le refus de toute théocratie simpliste pourrait être un point commun de ces projets politiques d’inspiration religieuse.
  • d’où vient la culture politique des élites religieuses ? L’articulation entre les textes sacrés et leurs interprétations politiques est l’un des enjeux majeurs de la période. La transmission et l’influence d’autres textes ou traditions (philosophie grecque, Miroirs scandinaves, traités irlandais, hagiographie, etc.) ont aussi leur importance. La mise en évidence d’un corpus de références communes à un groupe donné (de quoi se compose la culture politique des abbés bénédictins ?) est donc l’un des objectifs de notre programme, notamment par l’étude des fonds de bibliothèques. Néanmoins, c’est aussi dans la pratique du pouvoir que se forgent les concepts alternatifs : quelle peut être l’influence de l’expérience d’un gouvernement épiscopal collégial ? Ou d’une pratique structurelle du pluralisme des traditions exégétiques en Islam ?

Le programme de recherche est financé par l’Université Jean-Moulin Lyon3.